Jonathan Orland – Something Joyful

Jonathan Orland

Jonathan Orland – Something Joyful

Sortie chez SteepleChase LookOut le 15 février 2021

« C’est la joie que j’ai voulu mettre en avant dans ce troisième album en tant que leader. La joie de jouer avec des musiciens et amis exceptionnels, la joie de ressentir l’énergie du swing qui émane d’une section rythmique effervescente, la joie de m’exprimer librement à travers mon instrument, et par-dessus tout, la joie d’être récemment devenu père !

En cette période de crise sanitaire et d’incertitude, cela pourrait paraitre étrange de se réjouir. Et si, au contraire, savoir vivre dans l’instant était la seule réponse, le seul refuge ? Quoi de plus probant alors que l’improvisation pour apprécier le moment présent ? Je souhaite que cet album ne soit pas seulement « something joyful » mais aussi « something else », pour évoquer humblement les titres d’albums de Cannonball Adderley et d’Ornette Coleman, deux personnalités uniques du saxophone alto qui me sont si chères. En me montrant naturel, en étant moi-même, dans ma musique, j’espère offrir « quelque chose d’autre » par rapport à mes disques précédents et aussi « quelque chose d’autre » par rapport aux tendances actuelles du jazz… » (Jonathan Orland)

Jonathan Orland – SOMETHING JOYFUL – album teaser

Né à Paris en 1984, Jonathan Orland commence l’étude du piano et de la clarinette dès l’enfance. Adolescent, il se passionne pour le jazz et se met au saxophone en autodidacte puis avec Thomas Savy, Tom Buckner et André Villégier. A l’âge de 22 ans, il se voit attribuer une bourse du Berklee College of Music où il ira étudier avec Greg Osby, Bill Pierce, Hal Crook, et George Garzone et Joe Lovano.

Il continue ses études musicales à l’université McGill de Montréal. De retour à Paris, Jonathan sort un premier album, Homes, en 2012, sur le label BeeJazz, en quintet avec George Garzone, Greg Duncan, Sharik Hasan, Lim Yang et Jun Young Song. « … Depuis les merveilles enregistrées par Art Farmer et Jim Hall on n’avait pas entendu semblable élégance… » Jean-Pierre Jackson – Classica « … Coulées dans l’héritage de Coltrane, compositions et interprétation sont sans faille. » Eric Delhaye – Vibrations « … Le leader manifeste sur le plan harmonique quelques audaces plutôt réjouissantes et sait composer des belles mélodies. » Jacques Aboucaya – Jazz Magazine En 2015 il sort un deuxième album, Small Talk, sur le label Paris Jazz Underground, en quartet avec Nelson Veras, Yoni Zelnik et Donald Kontomanou. « … dans un style très aérien, Jonathan Orland illumine ses solos de tonalités et d’harmonies venues des pays de l’est, son saxophone phrasant parfois comme une clarinette, instrument de son enfance. Une conversation débridée en diable, tantôt échevelée, tantôt plus intimiste, en tout cas très agréable à écouter » Julien Aunos – Citizen Jazz « … voilà un disque qui se savoure. » Denis Desassis – Musiques Buissonnières « … Jonathan Orland s’embarque dans des tunnels de bop volubiles aussi aisément qu’il les réoriente, impromptu, vers des sentiers mélodiques plus shortériens… Cool, en un mot.» Pierre Tenne – Djam. Jonathan a récemment enregistré un troisième disque en leader « Something Joyful » qui paraitra le 15 Février 2021 sur le label danois SteepleChase Records, avec Olivier Hutman, Yoni Zelnik et Ariel Tessier.

Passionné par des styles variés allant de la musique bulgare à l’improvisation libre, Jonathan participe à des projets éclectiques. Il a monté le groupe Valea Antos aux côtés du clarinettiste Francomoldave Adrian Receanu, avec Federico Casagrande, Fabien Debellefontaine et Gautier Garrigue. Il joue de la musique improvisée en duo avec le batteur Ariel Tessier, avec qui il a sorti l’album Forgotten Waters sur bandcamp en 2017.

Il joue aussi en duo avec le pianiste Stéphane Tsapis, avec qui il a enregistré un album alliant compositions, improvisations libres et chansons Yiddish. En tant que sideman, Jonathan a collaboré notamment avec Jean-Michel Pilc, Michel Reis, Cédric Hanriot, Louis Moutin, Tony Rabeson, Jonathan Pinson, Laurent Cugny, Rick Rosato, Kevin Dean et Joe Sullivan et en dehors du jazz il a collaboré notamment avec le groupe Ibeyi ou encore avec Peter Peter, qui a fait appel à lui sur son dernier album Conversation. Jonathan a joué dans des salles du monde entier et participé à des tournées en France, en Europe centrale et en Asie. Il vit actuellement à Montréal où il joue en trio avec Cole Birney-Stewart et Michel Lambert. Il termine un doctorat dans le département de musique de l’Université McGill où il enseigne actuellement l’improvisation.

Something Joyful Jonathan Orland Parution chez SteepleChase LookOut le 15 février 2021 Jazz • 10 Titres • 53m 41s

Suivre l’artiste ou le groupe :