Thomas Naïm

Thomas Naïm

Thomas Naïm – Sounds of Jimi

À paraître chez Rootless Blues le 13 novembre 2020

Présentation

Rejouer Hendrix sans plagier, réécrire et réinventer des titres légendaires sans les dénaturer, c’est le défi que se lance Thomas Naïm en 2020, l’année qui marque les 50 ans de la disparition du plus emblématique des Guitar Heroes.

L’histoire commence au début des années 90 quand, apprenti guitariste, Thomas Naïm entend pour la première fois Purple Haze, titre d’ouverture d’un polar réalisé par James Glickenhaus. Cette claque et cette sensation, il ne va plus jamais les oublier.

Le jeune ado qui vient de commencer la guitare se plonge dans la discographie du mythique guitariste de Seattle. Sa porte d’entrée, une des multiples compilations disponibles, « Cornerstones – 1967/1970 ». Tout y est ou presque mais Thomas est également attiré par des titres moins connus comme « Drifting » ou « Freedom ». Puis il s’attaque au « Live At Monterey »(1967). Il dévore ce live et surtout le regarde en boucle en vidéo, fasciné par l’énergie et les expériences pyrotechniques qu’il y découvre. Il va enfin s’attaquer aux albums studio, aux live de Woodstock, de l’Isle Of Wight et de Berkeley. Il va aussi beaucoup écouter le « Band of Gypsys ». Bref une adolescence à écouter et surtout jouer son idole.

Devenu guitariste professionnel, Thomas Naïm se souvient avoir joué du Hendrix de temps à autre sur scène, mais sans excès peut être avec le sentiment de s’attaquer à une intouchable icône. C’est finalement grâce à la voix de Hugh Coltman, que Thomas a invité à reprendre « Castles Made Of Sand » lors d’un concert que l’idée de proposer un hommage à Jimi commence à germer. L’idée lui prend alors de se replonger encore plus intensément dans l’œuvre de son héro pour y redécouvrir peut-être des titres qu’il avait moins remarqué à l’époque. L’occasion de rendre hommage aux qualités de compositeur d’Hendrix.

C’est en 2020 que Thomas Naïm invite Raphaël Chassin à la batterie et Marcello Giuliani à la basse pour s’attaquer à un album hommage. Avec une excitation et une curiosité non dissimulées, il va confronter son trio, avec lequel il collabore depuis des années aux compositions du maitre. L’idée de départ n’est pas de reprendre les titres tel quel car cela n’aurait pas eu de réel intérêt artistique mais de trouver pour chaque morceau une esthétique plus personnelle, et à l’exception de deux ou trois titres chantés, de privilégier l’approche instrumentale. « Le challenge était de rejouer ses morceaux mais en donnant l’impression que ça pourrait être des titres à nous, en mettant en avant le son du trio. »

Le résultat, une lecture personnelle de morceaux choisis et parfois méconnus et une envie de revisiter l’œuvre de Jimi Hendrix sur un nouveau mode.

THOMAS NAÏM – PURPLE HAZE (TEASER)

Thomas Naïm

Guitariste, compositeur et producteur, Thomas Naïm débute la guitare à l’âge de 12 ans.

Influencé tout d’abord par le Rock, il s’intéresse par la suite à de nombreux courants musicaux : le Funk, la musique brésilienne, le Reggae ou encore les musiques électroniques pour enfin se passionner pour le Jazz.

C’est après un stage d’été au Berklee College of Music de Boston et des cours à l’American School of Modern Music à Paris, que Thomas Naïm fonde avec la chanteuse Joyce Hozé le duo Tom & Joyce . Influencé par la MPB, la bossa nova des 60’s et le jazz, le groupe enregistre deux albums : « Tom & Joyce » sorti en 2002 (Yellow/east west) et « Antigua » en 2005 (Yellow/Discograph) dont certains morceaux seront remixés par des producteurs de dance music (Masters At Work, François Kevorkian ou Bob Sinclar).

Par la suite Thomas Naïm sera sollicité pour accompagner sur scène ou en studio de nombreux artistes venant d’horizons parfois très différents parmi lesquels Hugh Coltman, Tiken Jah Fakoly, Hindi Zahra, Sebastien Tellier, BlackJoy, Ostinato, Idrissa Diop, Bob Sinclar, Salomé de Bahia, Blick Bassy, Bernard Lavilliers, Sophie Delila, Albin de la Simone, Soul Sugar, Michel Fugain, Claire Diterzi…

C’est au titre de co-compositeur et co-arrangeur qu’il participe à plusieurs chansons de l’album d’Hindi Zahra « Handmade » (Blue Note/EMI) récompensé en 2010 par le «Prix Constantin» et une «Victoire de la Musique» pour le meilleur album de musique du monde.

Il co-arrange avec les producteurs anglais Jonathan Quarmby and Kevin Bacon (Finley Quaye, Ziggy Marley…) la plupart des chansons de l’album «African Revolution» (Barclay/Universal) du chanteur Tiken Jah Fakoly.

C’est en 2011 qu’il crée un quintet composé du bassiste Marcello Giuliani , du pianiste François Faure, du batteur Raphaël Chassin et du tromboniste Daniel Zimmermann . Avec eux, il enregistre l’album instrumental « Dust » dont la musique, composée par ses soins, tire ses inspirations à la fois du blues/rock et du jazz moderne.

En 2013 il rejoint la tournée de Claire Diterzi  pour l’album « Le salon des refusées » (Naïve).

En 2014, sort « Dernier rappel » de Tiken Jah fakoly sur lequel il figure en tant que guitariste, bassiste et compositeur.  Côté scène, il accompagne la chanteuse Cap-verdienne Mayra Andrade, pour une tournée qui se prolonge jusqu’en 2016.

En 2015, il participe à la comédie musicale « Dirty Dancing » et rejoint  le groupe de Hugh Coltman pour la tournée « Shadows : songs of Nat King Cole » qui durera plus de deux ans. Le groupe se produit dans les plus grands festivals de jazz, notamment à Jazz in Marciac, Jazz à Juan ou Jazz à Vienne concert qui figure sur l’album « Shadows : songs of Nat King Cole Live at Jazz à Vienne ».

Depuis 2016, Thomas accompagne la chanteuse anglaise Ala.ni (Montreux Jazz Festival, Northsea Jazz…)

Sortie en novembre 2018 de « DESERT HIGHWAY » enregistré en trio avec Marcello Giuliani à la contrebasse et Raphaël Chassin à la batterie.Un album entre jazz, blues et folk, évoquant autant Ry Cooder que l’esthète Bill Frisell.

En 2018 et 2019 il accompagne sur scène le chanteur Yaya Minté.

Sortie le 18 octobre 2019 de « DESERT HIGHWAY LIVE « enregistré au Sunset avec son trio composé de Marcello Giuliani à la contrebasse et Raphaël Chassin à la batterie.

Source : Accent Presse – Simon Veyssière

Suivre l’artiste ou le groupe :

Sons de Jimi - Album