Potatohead People

Potatohead People

Potatohead People – Mellow Fantasy

Sortie chez Bastard Jazz Recordings le 30 octobre 2020

Pour son troisième album, le duo Potatohead People élargit le champ de sa vision musicale et nous offre un ambitieux registre d’émotions et de groove, du hip hop au jazz rock.

L’album Mellow Fantasy continue de mettre en valeur les prouesses instrumentales du duo ainsi que le talent de leurs invités comme Posdnuos et De La Soul. Le duo, inspiré des productions de J Dilla, va ici bien au-delà du boom bap classique en combinant une influence R&B dans le chant et un tempo énergique davantage electro.

Ils expliquent que « le but était de faire des loop de malade ». En récupérant les idées issues de leurs jams, ils cherchent « une progression harmonique ou une texture que vous pouvez écouter sans modération ».

En accord avec les origines hip-hop de Potatohead People, des caméos d’Illa J et du rappeur T3 (Slum Village) sur le teaser de cet été « What It Feels Like », ainsi que le vétéran de Vancouver Moka Only (l’insolente tirade contre la vanité dans « Ungodly ») s’ajoutent à l’univers emblématique du rap.

Potatohead People – “Mellow Fantasy” (Full Album Stream | 2020)

Les connections avec leurs racines continuent avec le rappeur de Lotusland Kapok, ainsi qu’aux étoiles montantes Kendra Dias et Clear Mortifee, qui ont toutes les chances de retenir l’attention avec leurs voix type slang neo-soul dans « Break Even » et le deuxième single à venir « Hidden Levels », un hybride future house et boogie. S’inscrivant à la suite de leur dernière collab de 2019 sur « Single Life », Bunnie fait son retour dans « Kettle Boiling ». Enfin Reggie B, qui s’est fait connaître grâce à son apparition dans « High Hope » de Onra, brille sur les bonnes vibes de « Bring The World Closer ».

On peut apprécier tout au long de l’album des parenthèses instrumentales, dont le génie nous intrigue tout en maintenant l’intensitéet l’énergie musicale. Le titre d’ouverture « 1st Light », à la Yussef Kamaal style funk fusion, et leur clin d’oeil au joueur de synthé Dale Jabos de Vancity (« Ode to Mr. Jacobs »), suffisent pour deviner où Nick et Astro vont puiser leur inspiration.

Suivre l’artiste ou le groupe :