Mauro Gargano – Feed

Mauro Gargano

Mauro Gargano – Feed

Sortie le 7 maii 2021 – Chez DIGGIN MUSIC PROD / ABSILONE SOCADISC

Cette dernière année, particulièrement marquée par l’épidémie de Covid 19, a été un test terrible pour nous tous. Beaucoup d’entre nous sont tombés malades, plus ou moins gravement, certains sans aucun symptôme, et certains malheureusement avec des conséquences terribles sur leur santé et celle de leurs proches. Dans ce contexte, donc caractérisé par une socialité très limitée, la musique et la culture en général se sont révélées être des compagnes indispensables pour surmonter ce moment de solitude et de peur.

La musique donc, même si elle est actuellement niée dans la proximité qu’offrent les clubs et les théâtres, a rempli la tâche qu’elle a toujours eue depuis ses formes les plus archaïques et les plus anciennes, de nourrir l’esprit et les synapses Elle a pu remplir nos espaces vides, en rendant le passage du temps avec nous-mêmes durable, rendant tolérable cette réalité basée sur l’attente de temps meilleurs et de la liberté. Pendant toute cette période, j’ai donc réfléchi à ce qui parvient vraiment à nourrir mon imagination et celle des gens qui aiment la musique.

J’ai donc voulu appeler mon nouveau projet “FEED”, “nourrir”, “alimenter”.  Le répertoire de ce groupe a été composé entre avril et septembre 2020, et reflète beaucoup de mes réflexions pré et post lockdown, et beaucoup de mes écoutes de cette période. La formule piano, contrebasse et batterie m’a toujours fasciné depuis mes premières séances d’écoute quand j’étais jeune. Pendant des années, les trios de Bill Evans, Paul Bley, Keith Jarrett, Oscar Peterson, Wynton Kelly, Enrico Pieranunzi, John Taylor, Brad Mehldau, Bobo Stenson ont occupé et occupent une place privilégiée dans ma discographie, et tournent encore sans cesse dans ma platine et dans mon lecteur CD.

Mauro Gargano “NUAGES” quartet: “DANZA DELLA SERA” (Istituto di Cultura Italiano, Paris, 23/06/2020)

Née et élevée à Montréal, Russell imprègne sa musique des couleurs de sa ville – ses lumières, paysages et langages – mais aussi des traumatismes dont elle y a été victime. C’est une réflexion déchirante sur une enfance que personne ne

Mais pour moi en tant que contrebassiste, il n’était pas facile d’écrire de nouvelles musiques pour piano en évitant les clichés du genre, et l’envie de répéter les leçons des grands maîtres surgissait régulièrement à chaque fois que je transcrivais leurs compositions pour m’inspirer. J’ai donc essayé de renouveler mes écoutes en m’intéressant aux musiques nouvelles, en particulier la musique contemporaine, le rock, le jazz contemporain, la « popular music » et la techno. Au cours des dix dernières années notamment, de nombreux pianistes ont produit, à mon avis, des musiques d’exception pour ce type de formule, en prenant comme référence d’autres musiques que le jazz. 

Je pense par exemple à Vijay Iyer, Stefano Battaglia, Craig Taborn, Benoit Delbecq, Christian Wallumrod, Marcin Wasilewsky, The Bad Plus, The Necks. Mais des batteurs comme Jim Black, Tyshawn Sorey, Dan Weiss ont également écrit des musiques très intéressantes pour trio avec le piano.J’ai donc cherché un partenaire pianiste qui pourrait interpréter ma nouvelle musique sans la marquer de références trop encombrantes… J’ai trouvé ce pianiste en Alessandro Sgobbio, dont j’ai toujours admiré le style, à mi-chemin entre les expériences de la musique contemporaine ou populaire et celles du jazz “nordique” où il s’est formé, en Norvège. J’ai aussi voulu impliquer un ancien partenaire avec qui j’ai beaucoup joué dans le passé, le batteur français Christophe Marguet, correspondant absolument à mes préférences stylistiques et humainement ouvert. On c’est rencontrés la première fois il y a 3 ans.

Une profonde synergie s’est créée entre nous trois dès les premiers instants, et on a continué à se voir régulièrement pour répéter. De nombreux concerts ont eu lieu, et de l’un d’entre eux en particulier, un programmateur historique de France Musique, Xavier Prévost, écrivait en septembre sur Jazz Magazine: «Ce beau concert nous a plongés dans un tourbillon d’émotions fluctuant. Une belle promesse pour l’avenir de ce groupe, et pour l’album que nous attendrons avec impatience ».

Photo © Davide Del Giudice

Listen on Apple Music

Suivre l’artiste ou le groupe :